topblog Ivoire blogs

lundi, 25 février 2013

Pose de la première pierre du barrage hydro-électrique de Soubré / Alain Donwahi (cadre de la région) : «30 ans après, c’est un événement heureux»

Aujourd’hui, le président de la République, Alassane Ouattara va procéder à Soubré à la pose de la première pierre du barrage hydro-électrique de ladite région. Avant cet événement, Alain Donwahi salue le projet qui est pour lui d’une importance capitale.

barrage.jpgLe président de la République, Alassane Ouattara, va procéder à la pose de la première pierre du barrage de Soubré. Quel sentiment vous anime quand on sait que depuis longtemps les populations attendent cette œuvre ?

Par le passé, mon père m’avait remis le document des doléances des populations au président Félix Houphouët-Boigny qui se trouvait en ce temps à Paris. Je suis allé donc lui remettre ce document. Aujourd’hui, 30 ans après, c’est un événement heureux de voir que le rêve se réalise.

30 ans après, vous êtes collaborateur du président de la République, Alassane Ouattara. Quelle coïncidence ?

Je pense qu’il n’y a jamais de hasard dans la vie mais, c’est quelque chose d’heureux pour moi de voir qu’un projet qui était engagé si longtemps sur lequel mon père a travaillé et qui se réalise aujourd’hui à Soubré, en tant que fils de la région et collaborateur du président de la République, c’est une grande émotion. Je suis secrétaire du Conseil national de sécurité et conseiller du président pour la Défense de la sécurité. Oui, c’est un événement important pour moi, mais je suis heureux surtout pour la région de Soubré qui est une région importante en Côte d’Ivoire. Elle est économiquement importante, socialement importante, pour qu’elle soit récompensée pour tous ses efforts pour abriter le plus grand barrage hydro-électrique de la Côte d’Ivoire et toute l’Afrique de l’ouest.

Comment vous pouvez présenter Soubré aux Ivoiriens ?

Soubré est premier producteur du cacao. Mais il n’y a pas seulement le cacao, il y a aussi la culture de l’hévéa introduite en 1979. Soubré est aujourd’hui grande productrice d’hévéa. Nous avons aussi du bois, du palmier et aujourd’hui avec le deuxième barrage de la région de la Nawa (un premier barrage à Buyo). Avec donc ce second barrage, Soubré n’est plus à présenter. C’est une région au niveau économique qui compte en Côte d’Ivoire. Il y a de quoi être fier de cette région. Je suis allé à Soubré pour la première fois en 1972. Soubré était une localité qu’on ralliait à partir de Gagnoa par la piste.

Est-ce que Soubré est une région des Bété ?

Non, pas du tout ! A l’orignie, c’est une région des Bété. Au-delà de la Cedeao, il y a des personnes venant d’autres régions de la Côte d’Ivoire. Il y a toutes les ethnies qui se retrouvent à Soubré. Les Bété, aujourd’hui, ne sont pas majoritaires.

Il semble que les Baoulé et les Malinké se disputent la première place ?

Je pense que les Baoulé sont les plus nombreux dans la région. Les Bété sont des gens hospitaliers qui donnent la terre facilement à l’étranger qui arrive. La région a accueilli beaucoup d’Ivoiriens d’autres régions. Et ça marche bien. Il y a aujourd’hui des campements Baoulé qui ont des noms Bété. Il y a des Kouamékro, mais aussi des Kouamedji, des Diouladougou, etc.

Soubré, c’est l’intégration ?

Oui, je pense que l’intégration est une réalité à Soubré. L’avenir réside par la cohésion.

Au niveau de l’actualité, c’est la réconciliation, est-ce qu’à ce niveau, il y a des problèmes à Soubré ?

Bien sûr, Soubré, de par sa nature cosmopolite, a subi dix (10) années de crise en Côte d’Ivoire. Il y a eu des conflits qui sont parfois antérieurs à la crise. Des conflits à cause de la terre. Des conflits fonciers.
Interview retranscrite par Dje km
Source Radio Côte d’Ivoire

09:20 Écrit par Donfedo dans Blog, GOOGLE, Livre, Science, Voyage, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it! |

Guinée Equatoriale / Prise en charge des enfants en difficultés: Mme Dominique Ouattara a visité le centre ‘‘ Pilar Buepeyo Boseka’’ de Malabo

Après avoir participé aux côtés de leurs époux, à l’ouverture du 3ème sommet du forum de coopération Afrique et Amérique du sud au centre de conférence de Malabo (Guinée Equatoriale) dans la splendide cité du Sipopo, la Première Dame de Côte d’Ivoire, Madame Dominique et ses homologues du Zimbabwe, Burundi, Comores, Swaziland ont été conviées à déjeuner par la Première Dame de la Guinée Equatoriale, Mme Obiang N’guema. C’est à bord d’un minibus que les First Ladies ont rallié la cité Sipopo à l’hôtel Hilton, lieu du déjeuner. Sur le long du parcours, les hôtes de Mme Obiang ont pu contempler de véritables joyaux architecturaux.

Après le déjeuner, la Première Dame de Côte d’Ivoire et ses homologues ont mis le cap sur le centre éducatif ‘‘ Pilar Buepeyo Boseka’’ dans le quartier Campo Yaoundé ou New building. Là, l’air était à la fête. Pensionnaires et personnels d’encadrement ont tenu à réserver un accueil chaleureux à leurs illustres hôtes, chants et danses au menu. Chaque Première Dame a reçu un bouquet de fleurs des pensionnaires. Mme Obiang N’guema a ensuite pris la tête de la délégation pour une visite guidée du centre crée à son initiative, salles de classes modernes et des salles multimédias, le tout dans une architecture moderne. Ce sont plus de 400 enfants issus de familles défavorisées qui bénéficient d’une prise scolaire et sociale, de la maternelle à la 6ème.

Un ballet artistique exécuté par les enfants et suivi avec attention a mis fin à la visite. « Gardez cette école comme un trésor, nous vous souhaitons le meilleur », a déclaré Mme Obiang au nom de ses paires, non sans remercier le personnel d’encadrement pour les efforts consentis.

Signalons que Pilar Buepeyo Boseka dont le centre porte le nom fut vice-présidente du parlement de la Guinée équatoriale et également ex-ministre de la santé. Elle est décédée dans un crash d’avion à Douala alors qu’elle était en mission.

Source : DIRCOM cabinet 1ère DameMmeOuattara_Malabo (8).JPG

09:11 Écrit par Donfedo dans Blog, GOOGLE, Livre, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it! |

vendredi, 08 février 2013

CAN 2013 / Carton rouge à Pitroipa : l'arbitre a reconnu son erreur

Johannesburg - L'arbitre de la demi-finale Burkina Faso-Ghana (1-1 a.p., 3-2 t.a.b.) de la CAN-2013 disputée mercredi a reconnu s'être "trompé" concernant le carton rouge adressé à l'attaquant burkinabè Jonathan Pitroipa, a annoncé vendredi le président de la CAF, Issa Hayatou.

"Tout le monde s'est rendu compte que cet arbitre n'a pas bien dirigé, a dit le dirigeant lors d'un petit déjeuner de presse. On m'a informé que l'arbitre a fait une lettre pour dire qu'il s'était trompé".

"A partir de ce moment, le comité exécutif de la CAF va renvoyer cette affaire à la commission de discipline qui va se prononcer aujourd'hui (vendredi), a-t-il précisé. L'arbitre a dit qu'il s'était trompé, dans un rapport donné au secrétaire général (Hicham El Amrani, ndlr), il a reconnu qu'il s'est trompé".

L'équipe du Burkina Faso avait fait appel de ce carton rouge infligé par le Tunisien Slim Jedidi à Pitroipa à la 117e minute, pour un second carton jaune consécutif à une simulation peu évidente dans la surface adverse.

Un carton rouge ne peut être annulé que par une décision de la commission de la CAF, et à condition que l'arbitre ait mentionné son erreur dans son rapport officiel, avait précisé M. El Amrani jeudi lors d'une conférence de presse.

Donfedo kouakou

19:26 Écrit par Donfedo dans Blog, GOOGLE, Jeux, Loisirs, Sport, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it! |