topblog Ivoire blogs

lundi, 03 juin 2013

Notre Lampe spirituelle



LAMPE SPIRITUEL.jpgQuand nous étions du monde, nous étions dans les ténèbres, n’ayant aucune lampe pour éclairer le ou les chemins que nous empruntons. L’ennemi avait donc la capacité de nous orienter vers ses voies, celles qui nous conduisaient loin de Dieu.
Le jour où nous avons acceptez Jésus Christ comme Seigneur et Sauveur, une lampe spirituelle a été donnée à chacun de nous afin que ceux qui ne voyaient pas, puissent voir.

Hébreux 10:32 Souvenez-vous de ces premiers jours, où, après avoir été éclairés, vous avez soutenu un grand combat au milieu des souffrances,…

Jean 9:25 Il répondit : S’il est un pécheur, je ne sais ; je sais une chose, c’est que j’étais aveugle et que maintenant je vois.


Cette lampe, a des caractéristiques que nous devons connaître. Car nous savons bien que tout ce qui est allumé peut s’éteindre, et lorsqu’il s’éteint, l’obscurité reprend place et les ténèbres deviennent de nouveau maîtresses.

La lampe pour éclairer, a besoin d’une flamme de feu et d’un combustible. D’où pouvons-nous obtenir ces 2 éléments primordiaux pour notre lampe spirituelle ?

La flamme de feu : Matthieu 3:11 Moi, je vous baptise d’eau, pour vous amener à la repentance ; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu.
Le jour où nous expérimentons le Saint Esprit après avoir accepté Jésus Christ comme Seigneur et Sauveur, nous recevons de Lui la flamme de feu pour notre lampe. Nous devons l’entretenir afin qu’elle ne puisse point s’éteindre. Elle est en réalité le Saint Esprit Lui-même en nous. La Bible nous recommande de ne jamais L’éteindre dans notre vie. 1 Thessaloniciens 5:19 N’éteignez pas l’Esprit.

Le combustible : Matthieu 25:1-5 Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l’époux. Cinq d’entre elles étaient folles, et cinq sages. Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d’huile avec elles ; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l’huile dans des vases.
En se basant sur le livre de Matthieu à son chapitre 25, nous comprenons au travers de la parole des vierges folles et des vierges sages, que le combustible nécessaire pour entretenir notre flamme est de l’huile. Mais quelle huile ? De l’huile d’olive, de l'huile de tournesol ?
Puisque notre lampe est une lampe spirituelle, je ne crois pas que le combustible nécessaire à son entretien puisse être physique. L’huile nous vient de Dieu ; nous l’obtenons à chaque fois que nous nous connectons à Lui en entrant dans sa présence. Elle est l’onction qui descend du ciel pour venir remplir notre être entier, permettant à notre flamme de continuer à luire.

Notre lampe spirituelle nous a été confiée par Dieu, pas pour orner nos vies, mais pour nous permettre d’être prêt(e)s pour le retour de l’époux. Matthieu 25:8-13 Les folles dirent aux sages : Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent. Les sages répondirent : Non ; il n’y en aurait pas assez pour nous et pour vous ; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva ; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent : Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. Mais il répondit : Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l’heure.

Personne ne pourra rencontrer l’époux avec une lampe éteinte. Pour cela, veillons tout le temps sur notre lampe spirituelle. Prévoyons toujours de l’huile de côté dans un vase. Comprenons que comme un téléphone portable, une voiture, une tablette portable, nous avons toujours besoin d’être connectés avec la source d'énergie, la source d’huile, la source d’onction, qui est l’Eternel des armées si nous voulons garder notre lampe allumée.

Veilles sur ta lampe.


Auteur : Donald SORO | Parler à un Conseiller NYCO

18:24 Écrit par Donfedo dans Blog, Film, GOOGLE, Voyage, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it! |

dimanche, 02 juin 2013

Communication d'entreprise: Etudiants et Professionnels


ENTREPRENEUR.jpgIl convient, aujourd’hui, d’identifier, d’analyser et d’évaluer les champs, les modalités et les stratégies de la communication de l’entreprise, ses modes de communication, ses stratégies de communication. Au-delà des techniques qui leur sont communes, les grandes distinctions entre les différentes catégories de communication d’entreprise se font selon le public qu’elles visent et selon l’objet qui est le leur : la communication interne, externe (instutitionnelle et marketing).

I - Les techniques de communication

A) La publicité médias



Il s’agit d’une technique de communication de masse qui utilise les grands médias (télévision, presse, radio, affichage, cinéma, auxquels il faut ajouter Internet) par achat d’espace pour y diffuser le message de l’entreprise. Les principaux objectifs de la publicité médias sont la création et le développement de la notoriété et de l’image des produits, des services, des marques et des entreprises. L’efficacité de la publicité médias peut aujourd’hui être mesurée grâce aux études d’audience, mais cela nécessite des budgets d’études de l’ordre de plusieurs centaines de milliers de francs.

B) La communciation hors média


On regroupe dans ce type de communication l’identité visuelle, la publicité par l’événement, la publicité directe, les relations publiques, le lobbying et le bouche à oreille. À l’inverse de la publicité médias, ces techniques ne conduisent pas à acheter de l’espace publicitaire. L’identité visuelle comprend le logo et le graphisme utilisés pour le nom de l’entreprise ainsi que toutes leurs déclinaisons sur l’ensemble des documents administratifs, financiers et commerciaux utilisés et sur les locaux de l’entreprise.

Le terme générique de publicité par l’événement recouvre trois techniques très proches et parfois confondues : le sponsoring ; le mécénat ; le parrainage :

Le sponsoring : Correspond à une action très commerciale voire tapageuse ; sa finalité est une augmentation à court terme des volumes de vente de l’entreprise.

Le mécénat : qualifie une action devant contribuer à améliorer l’image de l’entreprise, celle de ses marques ou de ses produits. Le mécénat peut aussi se développer par des actions directes telles que le don d’argent.

Le parrainage : parfois utilisé comme terme générique, correspond au « sponsoring » des émissions de télévision ou de radio.

La publicité directe : c’est une technique de communication individualisée et personnalisée. Elle permet de s’adresser individuellement à chaque personne de la cible de communication. Le mailing est la technique première de la publicité directe qui utilise également les grands médias (télévision avec numéro vert et presse avec coupon-réponse) et, de plus en plus, Internet.

Le lobbying : technique dirigée vers les décideurs politiques et institutionnels pour faire évoluer leurs prises de décision dans un sens favorable à l’entreprise qui est à l’origine de l’opération.

Le bouche à oreille : désigne toute communication entre deux consommateurs ou deux acheteurs. Le bouche à oreille peut être provoqué par l’entreprise. Une telle démarche offre le bénéfice de la crédibilité et de l’efficacité d’un message désintéressé : la source du message n’a aucune relation financière ou d’intérêt avec l’objet du message transmis entre amis, dans la famille...

C) Le multimédia

Le multimédia et plus particulièrement Internet sont venus compléter les techniques habituelles de la communication d’entreprise. Les caractéristiques propres d’Internet induisent un fort développement de son utilisation par les entreprises ; en effet, Internet est un mode de communication de masse mais en même temps individualisé, interactif et mondial. De plus, la mesure de son audience est facile à réaliser à partir du nombre de visites effectuées sur un site donné. La plupart des entreprises intègrent désormais Internet dans leur stratégie de communication.

II - Les objets et les publics de la communication d'entreprise


A) La communication institutionnelle : exprimer l'identité de l'entreprise


La communication institutionnelle, ou corporate, est une communication dont l’objet est l’entreprise ou l’organisation elle-même. L’entreprise tient un discours sur elle-même, sur son identité, ses valeurs, sa philosophie, sa légitimité, etc. La communication institutionnelle s’applique à la gestion du capital image de l’entreprise.

Par définition, les cibles de la communication institutionnelle sont multiples (concept de cible composite), puisque tout l’environnement, commercial ou non, interne à l’entreprise ou non, est pris en considération et nécessite un message particulier. De la même manière, toutes les techniques de communication sont envisageables en fonction de leurs capacités respectives d’atteindre ces différentes cibles.

B) Pourquoi une communication institutionnelle ?

- L’entreprise a compris qu’elle pouvait favoriser la vente de ses produits et de ses marques en se faisant connaître de ses différentes cibles commerciales, en montrant la relation existant entre l’entreprise, ses produits et ses marques, en se portant garante de leur qualité et en reportant sur eux toute la confiance que peut inspirer l’entreprise.

- L’entreprise a, par ailleurs, réalisé qu’elle pouvait influencer son environnement (cibles institutionnelles, pouvoirs publics, milieux financiers et boursiers, actionnaires, personnel...) par des opérations ciblées. La financiarisation de l’économie, la nécessité de fidéliser les actionnaires et de sécuriser les milieux financiers et bancaires renforcent le bien fondé d’une telle démarche.

- Les entreprises sont de plus en plus dépersonnalisées ; il n’y a plus – ou de moins en moins – de Louis Renault, d’André Citroën ou de baron Bich qui donne son nom à une entreprise, dont la vie est alors étroitement liée à celle de son fondateur.


- Enfin, l’entreprise, à l’exemple du marché américain, s’exprime de plus en plus en tant qu’acteur d’une société, qui prend position sur un certain nombre de questions, et souhaite les faire connaître.

Le rôle de la communication institutionnelle est quadruple. Il s’agit de :


- Créer la notoriété de l’entreprise auprès de ses cibles ; de plus, une forte notoriété contribue à améliorer l’impact de la communication ; il existe donc une relation réciproque entre notoriété et communication.


- Développer son identité et son image auprès de l’ensemble des publics concernés : l’identité d’une entreprise est forcément réductrice et peut être définie comme le « positionnement » appliqué à une organisation.


- Créer un climat favorable auprès de l’ensemble de ses cibles directes (acheteurs et consommateurs) et indirectes (pouvoirs publics, collectivités territoriales, milieux bancaires et financiers, organisations de consommateurs, ...).


- Rendre l’entreprise plus attractive que ses concurwrents tant pour les cibles externes que pour les cibles internes (les salariés).


C) Les techniques de la communication institutionnelle



Le choix des techniques de communication pertinentes dépend des objectifs fixés pour la campagne . La multiplicité des cibles accroît la complexité de la définition des objectifs de la campagne (éventuellement différenciation des objectifs par cible) et du choix des techniques appropriées (lobbying, communication financière, etc.). De fait, il est rare qu’une campagne institutionnelle soit une campagne unique et standardisée. La plupart du temps, il s’agit d’une mosaïque d’actions toutes cohérentes entre elles mais chacune adaptée à une cible spécifique (campagne financière pour la Bourse, les milieux financiers et les actionnaires, communication interne pour le personnel, lobbying pour les décideurs politiques et institutionnels, relations de presse pour les médias, etc.).

vendredi, 31 mai 2013

Etude de cas : Méthodologie et exemples


Extrait de etude de cas : méthodologie et exemples :

Pour réussir une bonne étude de cas Marketing, il convient de suivre une méthodologie précise afin de bien appréhender toutes les problématiques liée au thème, au produit ou à l'entreprise que vous avez choisi.

Pour cela, il convient de commencer son étude de Cas par l'analyse du contexte de l'entreprise, c'est à dire de son environnement. Cela vous permettra de dresser un diagnostic de la situation.
Le plan de l'Etude de cas Marketing

Etude de l'Environnement et de ses éventuelles implications sur l'entreprise / le produit :

Politique
Juridique
Economique
Social
Ecologique
Culturel
Interne à l'entreprise (Culture d'entreprise, ...)
d'Approvisionnement
Cycle de vie du produit
Concurrentiel

Quelle position dans cet environnement conccurrentiel ?
En terme de positionnement (Prix, Produit, Distribution...)
En terme de parts de marché
En terme de rentabilité
En terme de croissance du Chiffre d'affaires

Lorsque vous faites votre analyse puis votre diagnostic, il ne faut pas hésiter à utiliser les outils que vous avez à disposition, comme les forces de Porter, Matrice BCG, Matrice ADL et etc... pour terminer avec une belle matrice SWOT qui vous permettra de faire le lien entre votre diagnostic et les possibilités qui s'offrent à vous en terme d'identification, d'interprétation ou de recommandations sur la stratégie marketing.

Lorsque que vous rédigez votre diagnostic, imaginez vous toujours que vous le rédigez pour un décideur, il doit être donc complet et concis, en d'autres termes, soyez à la fois précis mais synthétique, et surtout très organisé dans votre rendu.


Identification et compréhension de la stratégie et recommandations éventuelles

Une fois que votre diagnostic est terminé et synthétisé, vous pouvez mieux comprendre la situation de votre entreprise et les choix stratégiques qui ont été faits.

A partir de là vous devriez pouvoir identifier à quelles problématiques l'entreprise fait face et les hiérarchiser par ordre d'importance. Les critères pour déterminer quelle problématique est prioritaire sur une autre varient selon les cas, mais dans tous les cas il faut avoir en tête que l'objectif est d'assurer la pérennité des activités de l'entreprise.



Votre stratégie doit concerner :

le positionnement choisi
la cible
le mix marketing du produit ou de chaque produit de la gamme proposée (prix, produit, communication, distribution)



Lorsque vous avez identifié et hiérarchisé les priorités, il faut définir les objectifs.

Attention, gardez en tête que la stratégie que vous mettez en place n'est pas seule envisageable, afin de défendre la votre, vous devez constamment rappeler pourquoi tel choix est nécessaire et cohérent avec votre diagnostic.

Avant d'attaquer votre plan d'actions, vous devez vous assurer de la faisabilité de votre stratégie, est-elle conforme aux contraintes liées à l'environnement de votre entreprise (voir plus haut).


Plan d'action : Mise en place opérationnelle de la stratégie

La partie mise en place et planification n'est pas toujours obligatoire dans les études de cas, ce qui est assez regrettable car c'est à ce moment là qu'on peut réellement jugé si le diagnostic et la définition de la stratégie ont été bien réalisés.

Dans cette dernière partie de l'étude de cas, il convient de lister toutes les actions nécessaires à la mise en place de votre stratégie.

09:55 Écrit par Donfedo dans Blog, GOOGLE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it! |