topblog Ivoire blogs

jeudi, 18 avril 2013

Cartographie des initiatives d'emplois : Deux millions d'opportunités


di.jpgDeux millions d'emplois potentiels en Côte d'Ivoire. C'est le chiffre avancé, le vendredi 13 avril, par le directeur de cabinet du ministre d'Etat, ministre de l'Emploi, des Affaires sociales et de la Formation professionnelle, Germain Amaffon Aguié. C'était à l'occasion du lancement des missions de terrain avec la remise d'un lot de cinq véhicules.

Cette cérémonie s'inscrit dans le cadre du projet cartographie des initiatives d'emplois dont l'objectif est d'identifier toutes les initiatives d'emplois développées sur l'étendue du territoire.

Qui sont les promoteurs de ces emplois ? Où sont-ils ? Dans quels secteurs d'activité ces emplois peuvent-ils être créés et pour quels types de demandeurs ? Pour le savoir, quinze équipes vont sillonner l'ensemble du territoire national. Pendant un mois, elles visiteront 192 initiatives, 116 à Abidjan et 76 à l'intérieur du pays. Selon le ministère d'Etat, ministère de l'Emploi, des Affaires sociales et de la Formation professionnelle, ces visites consisteront d'une part à vérifier les déclarations qui ont été faites par les promoteurs à l'effet de crédibiliser et stabiliser les informations reçues et d'autre part à mesurer le niveau d'atteinte des objectifs au planopérationnel.

Les missions de terrain devront mettre à la disposition du comité emploi toutes les données nécessaires pour juger l'état d'avancement des initiatives et proposer des axes d'actions pour corriger les écarts éventuels. Le directeur de cabinet a exhorté les différentes équipes au travail bien fait et à l'abnégation. « Revenez-nous avec des informations justes, fiables et exploitables. La nation compte sur vous, les jeunes portent un regard empreint d'espoir sur nous, le ministère en charge de l'Emploi est avec vous car il nous faut briser, au plus tôt, le cercle vicieux de la pauvreté, du chômage et de l'instabilité socio-économique. L'espoir est permis », a indiqué le directeur de cabinet en invitant les équipes à accorder une attention particulière aux besoins des jeunes et des femmes.

Lancé en janvier 2013, la cartographie constitue un outil de suivi et d'accompagnement des structures portant les initiatives d'emplois.

SéTHOU BANHORO

11:50 Écrit par Donfedo | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it! |

Elections municipales : Le Burida aux trousses d’Amadou Soumahoro, Djédjé Mady, Cissé Bacongo, Anne Ouloto…


da.jpgLa campagne de sensibilisation de la direction du Bureau ivoirien du droit d’auteur (Burida) visant à amener les candidats aux élections municipales et régionales du 21 avril prochain à s’acquitter de la redevance des droits d’auteur n’a pas atteint les résultats escomptés. Cette campagne a été lancée le vendredi 29 mars dernier. Et, sur les 743 candidats à ces joutes électorales, il n’y a seulement que pratiquement 90 d’entre eux qui sont à jour de cette redevance. Ainsi, constate-t-on que le ministre Ibrahima Cissé Bacongo, candidat Rdr à Koumassi ; la ministre Anne Désirée Ouloto, candidat Rdr pour les régionales dans le Cavally ; le ministre Albert Mabri Toikeusse, candidat pour le compte de l’Udpci pour les régionales dans le Tonkpi ; le ministre Gnamien Konan, candidat Rdr pour les régionales dans le Gbèkè (ce dernier n’a pas, aussi pour les législatives, réglé la redevance du Burida pour les droits d’auteur) ; Alphonse Djédjé Mady, candidat Rhdp pour les régionales dans le Haut-Sassandra ; le ministre Jean Louis Billon, candidat Rdr pour les régionales dans le Hambol, pour ne citer que ces derniers- la plupart des pontes du Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp)-, figurent parmi les candidats qui ne veulent pas être en règle vis-à-vis du Burida quant à la redevance des droits d’auteur.
Des indépendants et non des moindres suivent leur mauvais exemple. Notamment, pour les régionales, Arthur Aloco Kouassi dans le Bélier, Véronique Aka dans le Moronou, Siki Blon Blaise dans le Tonkpi. Et, pour les municipales, il y a, par ailleurs, Kabran Appia à Abengourou, Koné Cheick Oumar à Cocody et Bertin Yao Yao à Yopougon.

La campagne pour les municipales et les régionales prend fin le vendredi 19 avril prochain, à minuit. Le Burida entend rentrer dans ses fonds. En plus d’assigner plus tard en justice tous les candidats aux dernières législatives et aux municipales qui ne se seront pas acquittés de la redevance en question, le Burida a commis des équipes, avec à leurs côtés des agents des forces de l’ordre, à travers tout le pays aux fins d’entrer en contact avec les candidats et les inciter à s’acquitter de leurs obligations. Les huissiers de justice, qui font partie de ces équipes, transmettent des ordonnances aux candidats ou à leurs représentants sur le terrain. Quand ces derniers ne s’exécutent pas, il est procédé à la saisie du matériel de sonorisation. Vu que le Burida a la force publique avec lui et dispose d’ordonnances légales qui lui permettent d’agir ainsi.

Il est difficile de comprendre que le Rhdp, qui se veut moralisateur de la vie publique, ait des membres qui ne sont pas à même de se mettre en règle vis-à-vis de la loi et qui veulent diriger des municipalités ou des régions. C’est vraiment regrettable. Surtout que l’on retrouve, parmi ces «indélicats» candidats, des responsables politiques comme Alphonse Djédjé Mady, Amadou Soumahoro, Anne Désirée Ouloto, Ibrahima Cissé Bacongo, Amadou Gon Coulibaly, Gnamien Konan, Albert Mabri Toikeusse, Alain Lobognon et Gilbert Kafana Koné.

Dans cette veine, les artistes organisent une conférence de presse, ce matin, au siège du Burida aux II-Plateaux pour crier aux candidats leur ras-le-bol.

Marcellin Boguy

11:42 Écrit par Donfedo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it! |

Fonction publique / Une autre grève se profile à l’horizon : Après les enseignants, les fonctionnaires entrent dans la danse

GN.jpgLa Fonction publique ivoirienne traversera de nouveau une zone de turbulence. En effet, des notes de service placardées dans le hall des différentes tours de la citée administrative du Plateau font état d’une grève imminente chez les fonctionnaires et agents de l’état. «La confédération des syndicats des fonctionnaires de Côte d’Ivoire (COSYFOCI) observera un arrêt de travail couvrant de la période du 22 au mardi 30 avril inclus», indique la note d’information. Dans laquelle, les syndicalistes se sont évertués à rappeler «qu’au lieu de trouver des solutions aux revendications des fonctionnaires et agents de l’Etat, le ministère de la Fonction publique et de la réforme administrative a plutôt mis en avant les textes et règlement en vue d’effectuer des ponctions sur les salaires pour motif de grève». Conséquences : ‘’les fonctionnaires et agents de l’Etat, ont décidé de débrayer pendant une dizaine de jours’’. Aussi, dans leur adresse, ces fonctionnaires rappellent que «les textes réglementaires prévoient les avancements et le déblocage des salaires avec effet de leur application bloqué depuis deux décennies. Ce qui est contraire à l’esprit de justice et de dialogue social». Après la grève conduite par les agents du secteur de la santé qui a connu un dénouement heureux, celle du secteur Education/Formation court toujours et les agents et fonctionnaires de l’Etat, rempilent. Toutefois, si elle prend effet, cette grève des fonctionnaires qui se profile à l’horizon pourrait être considérée comme la grève du ‘’chaos’’. Car, à tour de rôle, comme s’ils se passaient le mot, enseignants et fonctionnaires, dans un scénario rotatif, soufflent le chaud et le froid. Lorsque nous mettions sous presse, un message en provenance de la COSYFOCI nous a fait dire que «compte tenu des négociations entreprises par le ministère de la Fonction publique auprès de la confédération des syndicats des fonctionnaires de Côte d’Ivoire, la grève initialement prévue le lundi 22 avril est reportée au lundi 6 mai si les négociations échouent». Qui vivra verra.

A.Dedi

11:31 Écrit par Donfedo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it! |