topblog Ivoire blogs

dimanche, 14 juillet 2013

Nelson Mandela enterré trop tôt ?


ne.jpgAlors que la mort imminente de Nelson Mandela avait été prédit, les déclarations indiquant qu'il réagit bien à son traitement se sont succédé ces derniers jours. Tout porte à croire que l'ex-Président sud-africain va de mieux en mieux. Une mort annoncée de façon prématurée ?

Les dernières déclarations concernant l'état de santé de l'ex-Président sud-africain montrent que Mandela résiste bien à sa maladie, alors que les médias, il y a encore quelques semaines, prédisaient sa « mort imminente ». Ce vendredi, son épouse Graça Michel , qui lui a rendu visite, a affirmé « qu'elle était moins anxieuse qu'il y a une semaine », lors d'une conférence de presse à Johannesburg. « Madiba continue de bien réagir à son traitement », a-t-elle déclaré à la chaîne publique sud-africaine SABC, au lendemain de la parution du communiqué de la présidence qui indiquait que son « état est critique, mais stable ». De même, le roi des Thimbus, après lui avoir rendu visite, a assuré mercredi « qu'il ne va pas bien, mais est conscient. Il ne pouvait pas parler, mais il m'a reconnu et a fait quelques gestes de reconnaissance, comme bouger ses yeux à chaque fois que je parlais, il hochait la tête ».

Enterré bien avant sa mort ?

Nelson Mandela n'est donc pas dans un état "végétatif", comme cela avait été annoncé. L'ex-Président sud-africain aurait-il été tué trop tôt ? La question mérite d'être soulevée, tant les batailles internes entre ses enfants et petits-enfants, pour le contrôle de son héritage, sont violentes. Ils se sont tous relayés à son chevet, affichant une solidarité mutuelle. Seulement, cette unité de façade cache mal les calculs et tactiques qui trottent dans l'esprit de chacun.

Les querelles sur le lieu où il sera inhumé ont particulièrement marqué les esprits, notamment avec son petit-fils Mandla, qui souhaitait l'enterrer dans son village de Mzevo. Ce dernier a également déterré les trois enfants décédés de l'ex-Président, qui reposaient dans le village de Qunu. Le but de Mandla était de les inhumer dans sa commune, où il est chef, afin d'y créer un site touristique autour du caveau familial, qui lui rapporterait gros, selon les autres membres de la famille qui brandissent des preuves de travaux sur le site : des huttes à toit de chaume, destinées à abriter des touristes, un centre culturel ou encore un centre de conférence, en construction dans le village. Après avoir porté l'affaire devant la justice, ils ont finalement eu raison sur Mandla, puisque le tribunal l'a sommé de retourner les corps à leur lieu de repos de départ.

Rivalités familiales

Cette bataille est d'autant plus intense que les enfants de Madiba ne sont pas issus de la même mère. Nelson Mandela a connu trois mariages. En dehors de Graça Machel avec laquelle il est actuellement toujours marié, il a eu deux autres unions : la première avec Evelyn Mase, puis une autre avec Winnie, qu'il a épousé en 1958. De ces deux unions, sont nés six enfants (dont trois sont morts). Puis dix-sept petits-enfants et quatorze arrière-petits-enfants ont vu le jour. Ce qui est source de rivalités qui ont transformé la famille en deux clans. Les propos de Ndileka, l'une des petites-filles du héros de la lutte anti-apartheid, qui s'est confiée au journal britannique Sunday Times, sont révélateurs : « Il est la colle qui nous uni les uns aux autres. Je frissonne à l'idée de ce qui va arriver quand cette colle ne sera plus là ».

L'héritage de Nelson Mandela, estimé à 1,7 millions de dollars, est l'objet de toutes les convoitises. Il est le résultat de deux fonds d'investissements, Harmonieux Investment Holdings et Magnifique Investment Holdings, mis sur pied pour la gestion des produits exploitant son image. Deux de ses filles, Makaziwe et Zenani, ont mené une procédure judiciaire pour reprendre le contrôle de l'héritage de leur père aux mains des trois administrateurs chargés de sa gestion, dont son avocat et ami George Bizos, directeur des fonds depuis 2004. « Nous ne sommes pas des voleurs », avait lancé l'avocat, accusant les filles de Nelson Mandela « de vouloir mettre la main sur cet argent pour servir leurs propres intérêts ». Ce n'est pas une affaire d'argent avait riposté ces dernières, nous ne sommes pas « des grippes-sous ». Peut-être bien.

Toutefois, personne n'oubliera que la famille de Madiba a été la première à avoir annoncé, dans un communiqué, sa « mort imminente ». En attendant, le père de la lutte anti-apartheid n'est pas encore mort mais bien vivant.

14:53 Écrit par Donfedo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.