topblog Ivoire blogs

mercredi, 22 mai 2013

Emploi et Entrepreneuriat: Les petits plus qui bluffent 
les recruteurs


EMPLOI.jpgUn des grands enjeux pour les candidats est
 de réussir à se distinguer de tous les autres. Exemples de procédés qui ont fonctionné.

La première étape à franchir, et non des moindres, quand on veut trouver du boulot ou en changer consiste à se placer dans la liste des 300 noms que tout bon chasseur de têtes est capable de mémoriser. Sortir du lot, oui, mais comment ? Avec de l'audace. « Une qualité qui se fait trop rare, estime Damien Crequer, associé du cabinet de recrutement Taste RH. Par peur de déplaire, beaucoup de postulants pèchent par excès de neutralité. Seuls 20% parviennent à se distinguer. » Mais la difficulté est alors de se faire remarquer sans heurter son interlocuteur. Voici huit cas de figure où des recruteurs ont été bluffés par l'aplomb ou l'inventivité d'un candidat. A vous de vous en inspirer.

"J'ai reçu des petits objets 
qui ont suscité ma curiosité"

Gwenaëlle Quénaon-Hervé n'est pas près d'oublier l'artifice imaginé par un candidat qui briguait le poste de directeur marketing de son entreprise. « A quelques jours d'intervalle, j'ai reçu trois objets accompagnés chacun d'un petit texte signé de son nom », se souvient la DG adjointe de RegionsJob. Un tapis de souris symbolisant un tapis volant vers les horizons où il souhaitait se diriger, un mouton en peluche illustrant le mouton à cinq pattes que tout recruteur rêve de dénicher et, enfin, un pot de pâte à modeler pour représenter son adaptabilité. Amusée et intriguée, la dirigeante a souhaité recevoir l'expéditeur de ces petits colis en entretien.

"Elle a assumé franchement sa difficulté à accepter la critique"

Séduire un recruteur en parlant de ses défauts ? Perrine Grua, DG du cabinet de recrutement Aquent, a eu la surprise de voir une candidate à un poste de chargé de communication lui annoncer de but en blanc qu'elle ne supportait pas la critique : « Elle m'a décrit des situations qu'elle avait eu du mal à vivre et m'a expliqué qu'elle avait entamé une démarche en développement personnel pour cesser de surréagir à certains propos. J'ai apprécié sa franchise et sa capacité à voir la réalité en face. »

"Il m'a déstabilisé avec 
un énorme panier gourmand"

Cette initiative aurait pu coûter cher à ce candidat au poste de directeur général d'un syndicat viticole. « Il avait joint à sa candidature un panier garni accompagné d'un billet sur lequel était écrit : “Vous cherchez un bon vivant, voici un échantillon de ce que j'apprécie” », raconte Damien Crequer chez Taste RH. Ladite corbeille a suscité un vif débat dans le cabinet : était-ce un geste gratuit et plutôt amusant ou une tentative maladroite de s'attirer les faveurs des recruteurs ? « Je l'ai reçu car son profil correspondait au poste et sa démarche avait du sens par rapport à sa candidature. »

"Elle m'a littéralement pourchassé pendant trois ans"

Pour se faire remarquer, la ténacité n'est pas la moindre des qualités. « Pendant trois ans, à chaque forum de l'Essec, la même étudiante venait me voir pour me dire à quel point le monde des médias la passionnait, se souvient Jean-Michel Garrigues, alors DRH de Lagardère Active. Elle assistait aussi aux forums de HEC et de l'ESCP et, à chaque fois, me relançait en affichant la même détermination. Lorsqu'un poste s'est ouvert au contrôle de gestion, j'ai immédiatement pensé à elle. »

"Elle a proposé de se mettre au boulot avant d'être embauchée"

Proposer d'effectuer un travail avant même de savoir si l'on va être choisi, le calcul peut se révéler payant. « J'ai reçu une jeune femme pour un poste de chef de projet marketing, raconte Perrine Grua. A la fin de l'entretien, elle m'a proposé de réaliser, pour la semaine suivante, une étude de cas sur la stratégie de l'entreprise en matière de réseaux sociaux. Cette proposition l'a placée d'emblée un cran au-dessus des autres. »

"Il m'a prouvé qu'il était moins lisse qu'il ne le paraissait"

Chez Google, ce sont les managers qui reçoivent les candidats en entretien. « Je me souviens de ce jeune homme motivé, mais que je trouvais un peu lisse, raconte Anne-Gabrielle Dauba-Pantanacce, directrice de la communication de Google France. A la fin de l'entretien, j'ai compris entre les lignes qu'il publiait des recueils de poésie pendant son temps libre. Je l'ai alors regardé d'un autre œil. Avoir une passion en dehors du travail traduit une ouverture d'esprit, mais aussi une capacité à mener plusieurs projets de front. »

"Elle a su défendre avec conviction des exigences a priori incompatibles avec le poste"

Venir à un entretien pour un poste à temps plein en exigeant un quatre-cinquièmes ? C'est ainsi que la nouvelle patronne du cabinet Aquent d'Amsterdam a décroché son job. « Aux Pays-Bas, le temps partiel est très courant, mais je pensais qu'il fallait absolument un dirigeant à temps plein pour assurer la continuité », explique Perrine Grua, qui a conduit le recrutement. Sans ciller, la candidate a expliqué pourquoi cette journée était primordiale pour elle et a détaillé une organisation au cordeau. « Son énergie et sa rigueur m'ont convaincue », indique la consultante.

Laure Cailloce

16:51 Écrit par Donfedo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.