topblog Ivoire blogs

mercredi, 27 mars 2013

LE PROCESSUS INTÉGRATION

Sommaire
INTRODUCTION
A- LE PROCESSUS INTÉGRATION
1-DEFINITION
2-RAISONS ET OBJECTIFS DE L’INTEGRATION
2.1- RAISONS
2.2-OBJECTIFS
3-CONDITIONS ET STRATEGIES DE L’INTEGRATION
3.1-LES CONDITIONS
3.2-LES STRATEGIES
B- LE GROUPE
1- DEFINITION
2- LES TYPES DE GROUPE
3- LA CONSTRUCTION D’UN GROUPE
4- LES CARACTERISTIQUES ET LES FONCTION DU GROUPE
C- LES EFFETS DE L’INTEGRATION
1- L’INFLUENCE DU GROUPE SUR L’INDIVIDU
2- L’INFLUENCE DE L’INDIVIDU SUR LE GROUPE

CONCLUSION

INTRODUCTION
L’intégration est le fait d’entrer dans un ensemble, dans un tout ou dans un groupe plus vaste. C’est aussi le fait de se familiariser à une communauté, organisation et d’y être membre en vue d’une insertion hautement sociale, politique… Aujourd’hui, dans un monde où la globalisation défraye la chronique, la question de processus d’intégration est un concept qui est entrain d’acquérir toute sa noblesse et mérite d’être analysé, dépiauté précautionneusement avec la plus grande importance et minutie. Dès lors, comment s’y prendre pour parvenir à l’intégration dans un groupe ? Autrement entendu, quels processus doit-on asseoir pour que cette intégration dans les groupes soit une réalité ? C’est autour de cette fondamentale question que nous déploierons avec becs et ongles des efforts acharnés pour bâtir notre réflexion.

Don Conferencier.jpgA-LE PROCESSUS D’INTEGRATION
1- DEFINITION
L’intégration désigne le fait d’entrer dans un tout, dans un groupe, dans une famille, dans un pays, etc. En effet, l’intégration est le processus étymologique qui permet à une personne, un individu ou à un groupe de personnes de se rapprocher et de devenir membre d’un autre groupe plus vaste par l’adoption de ses valeurs et des normes de son système social pour un objectif personnel et commun.
2- LES RAISONS ET LES OBJECTIFS DE L’INTEGRATION
2 .1- les raisons
Elles ne sont rien d’autre que le pourquoi de s’intégrer dans une association, dans une organisation, voire dans un groupe. En effet, pour mieux expliquer ces raisons faisons appel à un érudit philosophe du nom de PLATON, qui, selon lui, l’homme est un animal social, c'est-à-dire que la sociabilité fait partie intégrante de l’espèce humaine. Les raisons sont aussi dues au fait qu’il ya une inégalité au niveau sociale, culturelle , coutumières, rituelle et religieuse si bien que souvent l’individu se trouve confronté à cet effet. Il se doit donc se conformer aux normes et comportements de son groupe ; soucieux de ne pas être marginalisé de son organisation ou du groupe. En outre, pour des raisons d’épanouissements économiques et de reproduction véritables l’individu se sent immanquable de partager ses désirs et opinions dans un foyer avec une femme qui donne naissance à une petite famille. Et c’est la conjugaison de ses raisons qui nous amène aujourd’hui à l’internationalisation ou la globalisation c'est-à-dire étendre une idée, une politique ou culture à une échelle internationale.


2.2- les objectifs
L’intégration vise plusieurs objectifs au nombre desquels nous pouvons citer :
- Adapter l’individu au groupe auquel il appartient
- Assurer la cohésion sociale au sein du groupe
- Permettre à l’individu de répondre au rôle qu’il tient au sein du groupe
- La parfaite implication de l’individu au sein du groupe
3- LES CONDITIONS ET STRATEGIES DE L’INTEGRATION
3.1- les conditions
L’intégration nécessite deux(2) conditions :
- Une volonté et une démarche individuelle à s’insérer et à s’adapter, c'est-à-dire l’intégrabilité de la personne.
- La capacité intégratrice de la société par le respect des différences et des particularités de l’individu.

3.2- les stratégies

Elles se présentent comme moyens mis en œuvre pour atteindre un but ou des objectifs. Dans le cas d’une entreprise à titre d’exemple, l’entreprise se doit de mettre les moyens stratégiques pour une bonne intégration de ses salariés. Pour ce faire, elle doit mettre en œuvre cette intégration en définissant un processus groupe déclinable en local, par entité / métier et par cible de population à intégrer(en fonction du type de poste et profil du collaborateur).La RH Groupe se doit donc de structurer son processus d’accueil en partant des objectifs à atteindre de manière progressive et proposer ensuite les outils pour y parvenir. Un exemple de processus en 3 phases est le suivant:
1. Phase découverte : préparer l’arrivée et l’accueille (NB : les mutations que connaissent les grands groupes sont telles que même dans le cas d’une mobilité interne il est plus que pertinent de rappeler l’organisation du groupe ainsi que la vision et les objectifs de l’entreprise).
2. Phase de professionnalisation / montée en compétence : accompagner efficacement vers la maîtrise du poste (métier et intégration dans l’équipe) et, pour certains métiers ou certains postes, enclencher sur la maîtrise de la structure.
3. Phase de pérennisation : élargir l’horizon du collaborateur (développement de son réseau, du travail transversal,…) pour éviter les silos et ancrer le collaborateur dans la dimension groupe.

A- LE GROUPE
1- DEFINITION
Le groupe est une instance sociale qui lie l’individu à d’autre personne avec lesquelles ils entrent en interaction.
2- LES TYPES DE GROUPE
Il existe plusieurs types de groupe à savoir le :

Groupe de référence : Groupe que l’individu prend comme modèle de conduite et dont il adopte les comportements, normes, valeurs.
Groupe de pression : Ils rassemblent des acteurs autour d’un intérêt ponctuel et spécifique.

Groupe domestique : Ensemble de personnes partageant un même espace résidentiel qu’elles soient ou non apparentées.
Groupe élémentaire ou primaire : Groupe restreint, en général durable, avec des rapports très intense entre ses membres mais un minimum de solidarité.
Groupe social : (1) (2) : Ensemble d’individus en interaction et/ou ayant conscience d’appartenir à ce groupe.
Groupe formel: il résulte d’une structuration. Les règles suivies par le groupe lui sont préexistantes. Les relations sont clairement définies et chacun connaît sa place.
Groupe informel: également appelé groupe spontané Les règles suivis par les membres du groupe émergent progressivement des interactions qui se créé entre les membres. Leurs réseaux de communication sont plus direct, plus efficace mais peut engendrer parfois des rumeurs ou des conflits.
Groupe organisé: système organisé qui fonctionne selon des règles précises souvent préexistantes au groupe.
Groupe d’appartenance: groupe dont l’individu fait partie en fonction de caractéristiques objectives (revenus, âge, position sociale …).


3- LA CONSTRUCTION D’UN GROUPEkedesh.jpg
La hiérarchisation est essentielle au bon fonctionnement d’un groupe. Chacun y trouve sa place et connaît le comportement à adopter. Un groupe sans hiérarchie est un groupe instable qui peut vite tourner à la dérive. La hiérarchie se construit facilement ou difficilement selon les individus, elle peut être stable comme remise en question lorsque les faits sur lesquels elle se base évoluent. En effet, sans hiérarchie, des combats peuvent éclater entre les différents membres du groupe, et devenir sanglants. L’importance de la hiérarchie et sa dureté dépend bien entendu de la taille du groupe. Par exemple, dans un groupe où les frontières sont régulièrement élargies, une hiérarchie bien respectée par tous prend tout son sens, et permet une intégration facilitée des nouveaux arrivants.
La hiérarchie sociale se manifeste par des signes extérieurs qui symbolisent le pouvoir exercé. Il connait des relations de pouvoir lorsque le pouvoir est accepté on dit qu’il est légitime. Ce qui donne de l’autorité à son détenteur : le chef.

Ce chef doit avoir pour le reste du groupe un caractère exceptionnel qui justifie sa position. Le groupe doit être convaincu de la légitimité de celui ou ceux qui exercent le pouvoir. Cela passe donc par une mise en scène du pouvoir, par des symboles et des signes extérieurs de supériorité.
L’expérience du chef est aussi un autre critère pour désigner le chef dans un groupe. Des expériences ont prouvés que les individus acceptent de faire des actes absurdes si c’est sous l’influence du chef ou une personne qui lui est supérieur. Les règles morales habituelles se retrouvent dans certain cas très fragile.
Le chef a donc une autorité sur le reste du groupe c’est un de ses pouvoirs légitime, qui repose sur la reconnaissance de celui qui obéit de la qualité de la personne a laquelle il obéit.
Par exemple, dans l’histoire des chefs tels que Staline, Hitler malgré des idéaux radicaux se sont fait d’abords appréciés pour leurs qualités d’orateurs et leurs prestances.

17:06 Écrit par Donfedo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.